Services >> DNA >> Paternity

Les tests de paternité

Sidebar Image

Le laboratoire mène des recherches sur la paternité biologique, dans laquelle il fait usage de caractères héréditaires prévues dans l’ADN. Toutes les caractéristiques héréditaires chez chaque individu présent en double exemplaire, avec une moitié de l’information génétique provient de la mère et l’autre moitié du père. S’il y a des caractéristiques d’ADN chez l’enfant qui ne sont pas montrés chez la mère, alors ces caractéristiques d’ADN doivent venir du père. Si l’homme testé n’a pas ces caractéristiques ADN, alors il est définitivement exclu de la paternité : il n’est pas le père biologique. Nous parlons d’exclusion si au moins 4 marqueurs de l’ADN dans le profil ADN de l’enfant ne montre pas un caractéristique d’ADN en commune avec le profil ADN de l’homme testé. On parle de « aucune exclusion » (ou inclusion) quand le marqueur d’ADN testé pour chacun des deux caractéristiques ADN de l’enfant sont consignées dans l’homme testé. Si l’homme examiné ne peut pas être écartée de paternité, on utilise une méthode statistique pour calculer l’indice de paternité et de la valeur de probabilité. La valeur de probabilité indique quelle est la probabilité que l’homme est le père biologique. Quand la mère ne pas peut être examinée, resteront à l’esprit que les résultats de recherche statistique sera plus faible. Pour la préparation d’un profil ADN, une série de 15 à 24 différents marqueurs est utilisés. Ce profil ADN est unique à chaque individu, à l’exception des vrais jumeaux.

Il est possible de fixer ou exclure la paternité sans que l’ADN du père « présumé » est disponible, par exemple parce qu’il est décédé, absent ou indisponible. Il y a différentes possibilités pour un test de paternité sans père, entre autres avec l’aide de l’ADN d’un ou les deux grands-parents de l’enfant (côté pères) ou au moyen d’un test de la relation frère/frère, frère/ sœur ou sœur/sœur.

Dans les tests de paternité, on peut exécuter un test supplémentaire d’ADN du chromosome Y ou du chromosome X.

Dans la plupart des cas, la cellule buccal est utilisé pour isoler l’ADN. Mais quand une relation doit être déterminée avec une personne décédée, la recherche peut être limitée par le matériel de cette personne qui est (encore) disponible.

Après le déclin de tous les échantillons pour la recherche, l’analyse a commencé t dans le laboratoire. Selon que les tests d’ADN sont dans le cadre d’une procédure judiciaire ou pas, le rapport sera envoyé dans les 4 semaines de décroissance des échantillons. Dans une procédure judiciaire, un rapport préliminaire sera portée tout d’abord, après quoi les différentes parties ont au moins 2 semaines pour obtenir des commentaires. Le rapport final sera envoyé à la Cour et les parties. Dans tous les autres cas, le rapport final sera disposé après l’analyse est compilé et envoyé pour les différentes personnes impliqués.